Le malheureux porte-avions russe a de nouveau pris feu

Un incendie s’est déclaré aujourd’hui à bord du seul porte-avions de la marine russe, Amiral Kouznetsov, qui fait l’objet d’une refonte majeure dans la région de Mourmansk, au nord-ouest du pays, depuis plus de quatre ans, et qui vient d’être déplacé dans une nouvelle cale sèche improvisée au début de cette année. Ce n’est pas le premier incident de ce genre sur le flattop au cours de ces travaux, un autre incendie s’étant déclaré sur le navire en 2019. Le navire avait également subi un autre incendie alors qu’il était ancré au large de la Turquie en 2009, qui a entraîné la mort d’un membre de l’équipage.

Aujourd’hui, Andrey Miroshnikov, le chef du service de presse de JSC Zvyozdochka, un chantier naval chargé du réaménagement et de la réparation des navires de la marine russe, a confirmé la présence de « fumée locale » sur le porte-avions.

« Le 22 décembre, dans un des locaux du TAVKR Amiral de la flotte de l’Union soviétique Kuznetsov de la fumée locale s’est produite », explique le communiqué. «Il a été rapidement éliminé par l’équipe d’urgence du navire et les employés des services spéciaux. Aucun dommage n’a été causé au navire. L’incident n’a fait aucune victime. Les raisons de l’incident seront établies à la suite de l’audit.

TAVKR, dans ce contexte, est l’abréviation russe de « croiseur transportant des avions lourds », car le porte-avions est officiellement classé par la marine russe. Le nom officiel complet du navire est Amiral de la flotte de l’Union soviétique Kuznetsov.

Un récit quelque peu différent a été fourni par Alexei Rakhmanov, le chef de la United Shipbuilding Corporation (USC), à la société d’État RIA Novosti agence. Rakhmanov a admis qu’il y avait eu un « petit incendie », qui s’était déclaré lors des travaux de réparation. « Le feu a été éteint », a-t-il ajouté. « Tous les systèmes d’incendie pertinents ont fonctionné correctement. » Rakhmanov a également déclaré qu’il n’y avait eu aucun dommage ni victime, bien que la première affirmation semble peu probable, avec au moins un certain degré de dommages semblant probables.

Une source des services d’urgence a déclaré à l’agence d’État russe TASS agence de presse que 20 personnes ont dû être évacuées.

Ces confirmations ont fait suite à une vague de rapports non confirmés provenant de comptes de médias sociaux dans la région de Mourmansk ce matin. Ces affirmations comprenaient des suggestions selon lesquelles l’incendie couvrait une superficie d’environ 65 pieds carrés.

La superstructure de Amiral Kouznetsov tel qu’il est apparu lors de sa réparation à Mourmansk, en Russie, le 20 mai 2022. Semen Vasileyev/Agence Anadolu via Getty Images

Une photo qui prétend montrer le porte-avions pendant ou peu après l’incendie n’est pas concluante quant à l’emplacement et à l’intensité de l’incendie, bien que plusieurs véhicules d’urgence soient clairement visibles du côté du port. Il est à noter cependant que la superstructure du navire reste presque entièrement recouverte d’échafaudages, à l’image de ce qu’elle était cet été, suggérant que des travaux considérables doivent encore être achevés, du moins dans cette zone.

Il convient également de noter que divers comptes de médias sociaux ont partagé aujourd’hui une photo montrant de la fumée s’échappant du pont de Amiral Kouznetsov dans le contexte du dernier incendie, mais qui date en fait de l’incident de décembre 2019.

Cependant, les incendies, en général, sont loin d’être rares parmi les navires de la marine russe dans les chantiers navals et en mer. De multiples incidents se sont produits ces dernières années, le plus dévastateur affectant le mini-sous-marin nucléaire Losharikqui a connu un incendie interne lors d’un exercice d’entraînement apparent en 2019 qui a tué 14 marins à bord.

Quand cela vient à Amiral Kouznetsov, TASS avait rapporté aujourd’hui, citant deux sources de l’industrie de la défense, que le transporteur commençait à quitter sa cale sèche improvisée il y a deux jours – un processus qui devrait prendre un mois complet. On ne sait pas quel travail, le cas échéant, a été fait pour y parvenir, mais le navire ne semble pas avoir bougé du tout de sa cale sèche jusqu’à présent. Sortir le navire de la cale sèche ne sera pas simple : le projet de construction a littéralement muré le navire, sans porte d’accès intégrée.

Une fois de retour dans l’eau, les travaux de remise à neuf du transporteur devaient se poursuivre jusqu’au premier trimestre 2024, sur la base de la dernière estimation rapportée, qui a glissé en raison de problèmes signalés découverts lors des travaux de réparation. On ne sait pas comment, le cas échéant, le dernier incendie pourrait affecter ce calendrier. Une fois de retour en service opérationnel, on s’attend alors à ce que Amiral Kouznetsov servira encore 10 à 15 ans.

Jusqu’à présent, on peut dire sans risque de se tromper, l’effort de réaménagement Amiral Kouznetsov après la fin de son service dans la campagne syrienne de Russie au début de 2017 a été tout sauf de bon augure, même si la portée réelle du projet a été réduite très tôt, pour économiser de l’argent.

Plus dramatiquement, la cale sèche flottante, connue sous le nom de PD-50, l’une des plus grandes du genre au monde, a coulé alors que le transporteur était à bord, en octobre 2018. La cale sèche était située au 82e chantier naval de réparation dans le village de Roslyakovo, également dans la région de Mourmansk. Jusque-là, il avait été signalé que le transporteur pourrait revenir dans la flotte dès 2021.

Une photo prise le 16 septembre 2009, montrant le quai flottant PD-50 à Roslyakovo à l’extérieur de Mourmansk. À ce stade, il accueillait un Kirov croiseur de bataille de classe. VASSILI MAXIMOV/AFP via Getty Images

Lors de la perte du PD-50, des grues se sont écrasées sur le pont du transporteur et l’incident a fait plusieurs victimes hospitalisées. Cela a également affecté les travaux de réparation d’autres navires de grande taille de la flotte du Nord, y compris ses plus gros sous-marins.

Environ un an après le naufrage de la cale sèche flottante, un incendie s’est déclaré à bord du porte-avions, alors que son radoub se poursuivait, bien qu’à un niveau réduit, sans une cale sèche suffisamment grande pour desservir le navire. Différents rapports en provenance de Russie suggèrent qu’une personne a été tuée, 10 personnes ont été blessées et deux ont été portées disparues lors de l’incendie précédent.

Ce n’est qu’en mai de cette année que des rapports sont apparus selon lesquels Kouznetsov avait été transféré dans une cale sèche nouvellement agrandie au 35e chantier naval. La photo en haut de cette histoire montre le porte-avions le 20 mai 2022, alors qu’il était sur le point d’être remorqué jusqu’au chantier naval.

Au moment de ce transfert vers la cale sèche, il a été dit que l’objectif était d’achever la révision au plus tard en septembre 2022. La nouvelle cale sèche improvisée a été créée en réunissant deux cales sèches plus petites, puis en construisant également un bassin fermé étendu devant les.

Images satellite montrant la construction pour créer la cale sèche agrandie au 35e chantier naval. PHOTO © 2022 PLANET LABS INC. TOUS DROITS RÉSERVÉS. REIMPRIME AVEC PERMISSION

À ce stade, nous ne connaissons tout simplement pas l’étendue des dégâts survenus lors du dernier incendie plus tôt dans la journée. Il est également vrai que la Russie a la réputation de ne pas admettre toute l’étendue des accidents dans les chantiers navals, de sorte que nous pourrions bien ne jamais savoir exactement ce qui s’est passé ou comment le radoub a été affecté.

Bien que ce porte-avions soit certainement un navire unique au sein de la marine russe, son efficacité au combat réelle est discutable, soulignée par sa campagne terne au large des côtes syriennes. Ce déploiement a vu deux avions de combat perdus à quelques jours d’intervalle lors d’une croisière abrégée au cours de laquelle les avions du porte-avions ont opéré à partir de bases terrestres pendant au moins une partie de celle-ci. Cela semble avoir été motivé par la nécessité de transporter des armes et des charges de carburant plus importantes qu’il n’est possible lors du décollage du porte-avions, qui manque d’équipement de lancement de catapulte et repose sur une rampe de « saut à ski ».

Une vidéo officielle du ministère russe de la Défense montrant Kuznetsov opérant au large des côtes syriennes :

Le prix total actuel prévu pour le radoub, y compris le coût des réparations nécessitées par l’incendie de 2019 ou ce nouveau, est inconnu. Ce qu’il en a coûté pour entretenir l’aile aérienne du navire sans navire pour l’installer dans l’intervalle n’est pas clair, tout comme le coût d’exploitation et d’entretien du transporteur remis à neuf pendant au moins une autre décennie, s’il revient réellement à un service.

En tant que tel, on se demande depuis longtemps si cela vaut même la peine d’être remis à neuf Amiral Kouznetsov, en particulier lorsque la Russie envisage de construire de nouveaux navires d’assaut amphibies à grand pont. Plus récemment, l’invasion à grande échelle de l’Ukraine et les sanctions connexes imposées à la Russie ont non seulement entraîné un changement des priorités militaires, mais ont également rongé les budgets de la défense et dévasté l’économie de manière plus générale. Dans l’ensemble, s’accrocher au transporteur de l’époque de la guerre froide ressemble maintenant à un investissement encore pire.

Cependant, l’expérience passée montre qu’un nouvel incident qui perturbe le porte-avions ne changera probablement pas la politique de Moscou consistant à conserver Amiral Kouznetsovmême si un nouveau retard ou une nouvelle réduction de la rénovation ne serait pas non plus une surprise.

Contactez l’auteur : thomas@(Site spécialisé automobile)